Le hockey sur glace, un moyen de surmonter son handicap

Par - 17 juin 2019

Surf en mer ou sur la neige, voile, lutte… Thierry débordait d’énergie jusqu’au 21 juin 2012, lorsqu’il tombe du haut d’une charpente au fond d’une piscine sans eau. La chute de quatre mètres de haut qu’il subit fracture sa vertèbre D12. “J’ai tout de suite compris qu’il y avait un problème car j’ai essayé de me relever et je ne bougeais pas“, raconte-t-il aujourd’hui.

Les sports de glisse avant tout

Les chirurgiens tentent une opération mais la lésion est trop importante. Thierry se retrouve alors paraplégique. Un handicap qui ne l’empêche pas de continuer à vivre ses passions sportives. Ainsi, après quelques mois de rééducation seulement, Thierry pratique du ski nautique, du char à voile et même du tennis, le tout dans un fauteuil roulant.

Mais ce que Thierry préfère, c’est la pratique des sports de glisse, qui lui permettent de retrouver les sensations de son ancienne vie : le ski adapté, mais surtout le hockey sur glace. Et aujourd’hui, Thierry est capitaine de l’équipe de para hockey de Poitiers.

“Quand je suis sur la glace j’oublie que je suis en fauteuil”

Il s’entraîne tous les week-ends sur une luge un peu spéciale, montée sur deux lames peu espacées. L’équipement est similaire à celui que l’on retrouve chez les sportifs valides – des protections rigides sur les jambes et le torse, un casque, des gants – mais un détail diffère : le nombre de cross. Les para hockeyeurs en ont eu deux pour jouer les palets et pour se déplacer en même temps.

Quand je suis sur la glace j’oublie que je suis en fauteuil, en fait je me fais plaisir” témoigne Thierry. Mais la prudence doit toujours rester de mise, car les collisions sont fréquentes et les joueurs en situation de handicap ne sentent pas toujours les blessures.

Plus d'actualités

Les parents d’un soldat ...

Quatre ans après la mort de leur fils, Leah et Simha Goldin sont devenus malgré eux des visages familiers pour les Israéliens, qui suivent avec...