Israël et l’AP prêts à travailler avec la Chine pour le processus de paix

Par - 28 février 2018

M.Gong, qui vient d’arriver au Caire après sa visite en Israël et en Judée-Samarie, a déclaré qu’Israël et l’Autorité Palestinienne avaient accueilli de manière positive la « Proposition en quatre points » avancée en juillet par le président chinois Xi Jinping, au cours d’une rencontre à Beijing avec son homologue palestinien Mahmoud Abbas.
Cette proposition appelle à faire progresser le règlement politique de la question israélo-palestinienne sur la base d’une solution à deux Etats, à mettre en place une doctrine de sécurité de nature commune, globale, coopérative et durable, à coordonner et à renforcer les efforts de paix communs, et à promouvoir la paix par le biais du développement.
M. Gong a expliqué qu’Israël, qui ne voulait jadis voir aucun autre pays que les Etats-Unis s’immiscer dans le processus de paix, avait maintenant changé d’attitude, et était disposé à laisser la Chine prendre part à ce processus.
Toutes les parties concernées souhaitent voir la Chine exercer une influence positive plus marquée au Moyen-Orient, a déclaré l’Envoyé spécial.
Les universitaires et les responsables gouvernementaux des trois pays estiment de fait que les propositions du président Xi attestent du rôle et de l’influence croissante exercée par la Chine au Moyen-Orient, a-t-il déclaré.
M. Gong a réaffirmé que la Chine était disposée à soutenir tout type d’initiative permettant de contribuer au processus de paix au Moyen-Orient ou à la résolution du conflit israélo-palestinien.
Pour ce qui est du futur Symposium des partisans de la paix israéliens et palestiniens, qui doit se tenir en Chine, l’Envoyé chinois a déclaré qu’Israël et l’Autorité Palestinienne avaient tous deux affiché une attitude très positive vis-à-vis de l’évènement.
M. Gong a relevé que de nombreux problèmes avaient surgi au Moyen-Orient au cours des dernières années, dont les conflits en Syrie, en Libye et au Yémen, auxquels sont récemment venus s’ajouter la crise au Qatar et le référendum d’indépendance kurde.
Une grave crise oppose en effet le Qatar à un quartet de pays arabes dirigés par l’Arabie saoudite, qui ont décidé au mois de juin de rompre les relations diplomatiques avec Doha.
Le référendum d’indépendance kurde a quant à lui eu lieu fin septembre, dans la région semi-autonome du Kurdistan irakien.
M. Gong a cependant souligné qu’en dépit de l’émergence de ces nouveaux conflits et de ces nouvelles crises, la communauté internationale ne devait pas oublier que la question palestinienne restait au coeur des problèmes du Moyen-Orient.
Toutes les parties devraient activement promouvoir la paix, mais aussi prendre en compte des questions telles que la reconstruction après la guerre, l’aide humanitaire, ou le développement économique et social local, plutôt que de se concentrer exclusivement – comme tendent à le faire les pays occidentaux – sur la lutte contre le terrorisme et les processus de démocratisation, a affirmé M. Gong.
En plus de chercher une solution politique à la question moyen-orientale, une solution économique doit aussi être trouvée pour assurer la subsistance des peuples de la région, a ajouté l’Envoyé chinois.

Un article de Koide9enisrael
Source French Xinhuanet

Plus d'actualités

Les parents d’un soldat ...

Quatre ans après la mort de leur fils, Leah et Simha Goldin sont devenus malgré eux des visages familiers pour les Israéliens, qui suivent avec...